Œuvre et analyse : Chapitre I Résumé : Le narrateur maintenant adulte, se souvient de son enfance. Il habite avec sa famille Dar Chouafa, au fond d’une impasse. La maison porte ce nom parce que une voyante y habite. Il se lève de bonne heure pour aller au M’sid, situé à la porte de Derb Noualla et dont le fqih est un grand maigre, barbu et coléreux. L’enfant se sent seul. Il a un penchant pour le rêve et imagination ; aussi sa tête est-elle peuplée d’histoires fabuleuses. Le narrateur redoute d’aller au bain maure qu’il considère comme l’enfer. Il aime courir dans le Derb, et surtout vider sa Boite à Merveilles. Le lendemain, la mère raconte les disputes qui ont lieu dans le bain maure. Cette femme soutient devant les voisines que les siens sont d’origine nobles et qu’ils sont les descendants du prophète. Une fois, au cours d’une dispute avec Rahma, elle profère à l’encontre de sa voisine des invectives violentes. Événement : Le narrateur adulte fait état de la solitude qui semble être son lot quotidien depuis l’âge de six ans. Remontant à son enfance, il décrit les différentes locataires de Dar Chouafa, le fqih du Msid et relate sa répulsion pour le bain maure. Malgré ses timides amitiés avec les bambins de l’école coranique, les véritable amis du narrateur étaient des personnages imaginaires et les objets de sa Boite à Merveille. Revenant sur le talent de comédienne de sa mère, le narrateur rapporte comment elle puisait dans le bain maure des sujets d’inépuisables anecdotes qu’elle racontait chez elle et aux voisines. Ce talent lui assurait un grand succès et incommodait le narrateur enfant surtout quand la tendance à la dramatisation se traduisait par une dispute de pallier. Lieux : Dar Chouafa, le Msid à la porte de Derb Nouala, la rue Jiaf où habitait le fqih Personnages : Je= auteur-narrateur-personnage. La Chouffa, Driss El Aouad, sa femme Rahma et leur fille Zineb. Fatma Bziouya et la famille de l’auteur. Abdellah, l’épicier. Lalla Fatoum : la caissière du bain maure.